Non classé

ne t’inquiète pas

Mon amie m’a raconté :

Mon père était un homme sympa et généreux, un homme simple aime sa famille.

Un jour il était tombé malade, gravement malade, il n’a pas mangé pendant 3 jours, par conséquent il a perdu la parole en quatrième.

Ma mère a appelé ma tante pour lui soulager et rester un peu  à ses cotés pendant sa souffrance.

Mais la personne qui s’est fréquenté chaque fois  pour le voir et prendre soin de lui était moi

Ma mère m’a dit il faut que j’aille au marché pour acheter se qu’il faut pour préparer un bon repas, ta tante vient d’arriver.

Je me suis pas tardé j’ai répondu : mon père est malade entre la vie et la  mort et tu me parles d’un bon repas quel repas ?! Tu dois rester à coté de ton mari !

Elle m’a dit : écoute m’a fille je ne vais pas prendre beaucoup du temps.

J’ai pas accepté son geste pour cela j’ai commenté : ce n’est pas juste ce que tu fais !

Doucement, elle m’a dit : ne t’inquiète pas chérie et elle a pris sa destination.

Pendant son absence,j’ai pas cessé de prendre soin de mon père ,il était alongé dans une immense pièce qu’on a au deuxième étage .après un moyen temps ma mère a sonné ,j’ai ouvert la grande porte de notre maison puis on s’est rencontré à celle du  deuxième étage .

Ma mère  m’a demandé : fais monter ce panier je vais voir ton père.

Effectivement je l’ai monté au 3 ème étage et j’ai commencé à classer les légumes.

Même pas une minute mon frère m’a rejoignait, il m’a pris à ses bras : toutes mes condoléances

Notre père est décédé.

à ce moment j’ai compris que j’ai perdu mon père . et que ma mère a aimé mon père plus que moi .mais à tel point?

 Je suis descendu puis j’ai pris la main de mon père et j’ai pleuré comme je n’ai jamais pleuré car j’étais consciente que s’était le dernier regard. Et que je dois tirer ma main de la sienne

J’ai accepté cette réalité et j’ai tiré ma main doucement et j’ai posé la sienne lentement et doucement.

A ce moment là vous croyez que je suis l’héroine de cette histoire ?

Je veux dire que s’était une longue journée à sa fin mon frère m’a soulagé et m’a raconté comment mon père est décédé !

Quand ma mère a ouvert la porte, papa a lui appelé, il a pris sa main et il est décédé.

j’ai pleuré encord une fois là j’ai compris au quel point m’a mère a aimé mon père et j’ai compris pourquoi ma mère m’a dis ne t’inquiète pas chérie : un cœur qui t’aime peut marcher innocemment pour mettre sa main dans la tienne ‘’

pour cela mon ami(e) ne t’inquiète pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du polar à lier |
Broderies |
Instantanés littéraux d'Afr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réflexions pédagogiques par...
| Abandons
| "UNE OMBRE SUR L'ÉPAULE"