Non classé

le linge perdu

Aujourdhui n’est plus hier, ni les coutumes ni les occupations sont les mêmes.
Il y a des gens qui disent que hier était  mieux d’ autres disent le contraire et vous ?
Que dites vous ?
Mais rien n’est idéal chacun des deux est un sol pour atteindre le lendemain qui apportera à son tour le bien et le mauvais avec une stabilité d’existence nommée : « âge» équivalente à« duré de de vie » pour une machine.
Le deuxième nom est clair à  tel point car le comportement productif d’une machine et son utilité sont limitées sinon l’intervention d’une innovation pour l’améliorer.
Par contre le deuxième qui désigne tout sens inégmatique c’est-à-dire l’aptitude, le pourcentage variant du pouvoir acquis aprés chaque activité et la résolution des problèmes inattendus dans plusieurs domaines en allant vers l’impossible pas à  pas.
Ce pas à  pas est la clef magique du progrés toujours souhaitable aménera des inconvénients acceptés déjà  par l’autre humain après sa signature avec la technologie, je ne sais quoi dire heureusement ou malheureusement le contrat est fait.
C’est vrai que la rapidité des machines nous sert beaucoup à  gagner notre temps, aujourd’hui l’existence des machines est une contrainte nous soumet à les utiliser mais !
Mais elles ne nous poussent pas à  abandonner ou éliminer les activités manuelles. Seulement elles nous lancent des invitations.
Simplement je veux dire le linge est perdu !
Revenons à  hier : les femmes tricotaient pour leurs enfants ou leurs proches parfois même leurs voisins, des tricots ,des chaussettes,des moffles! pour les protéger du froid cette production autonome ni plus existante parce que le marché réponds bien à  nos questions .

je ne vous cache pas je ne sais pas tricoter et je suis pour la technologie  mais je veux dire pourquoi pas les deuxle linge perdu avec-machine1?

65590781?

Du polar à lier |
Broderies |
Instantanés littéraux d'Afr... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réflexions pédagogiques par...
| Abandons
| "UNE OMBRE SUR L'ÉPAULE"